Non classé

LE PANDA ROUX

Statut IUCN

redlist-en-danger

Classification

Nom scientifique Ailurus fulgens

Ordre Carnivores

Famille Ailuridés

Le panda roux en chiffres

Poids 4 à 6 kg

Gestation 63 jours

Longévité 15 ans

Taille 30 cm de hauteur

Portée 2 à 3 petits

 

Alimentation

insectesfruits-légumesfeuilles

Répartition

Forêts

 

Au zoo

Nos deux mâles, Mushu et Nacao, sont arrivés au parc au début de l’année 2017. Ils sont frères et ont maintenant 3 ans.  Perchés la plupart du temps en hauteur dans les arbres, vous pourrez toutefois apercevoir le moins farouche des deux se balader par terre ou sur les plateformes.

Biologie

Le panda roux est classé dans l’ordre des carnivores. En effet, sa dentition est adaptée à manger de la viande. Pourtant, comme le panda géant, le petit panda mange principalement des feuilles de bambou !

La femelle panda roux n’est réceptive que quelques jours dans l’année. Le mâle doit donc être attentif aux odeurs qu’elle a déposées et aux petits cris qu’elle pousse.

Après une gestation de 2,5 mois, elle met au monde 2 à 3 petits dans un terrier. Afin de les protéger des prédateurs (panthère des neiges), elle déplace régulièrement sa progéniture d’un terrier à un autre

Conservation

Cette espèce participe à un Programme d’Elevage Européen (EEP).

Le panda roux, bien que moins célèbre que le panda géant, est tout aussi menacé de disparition. Il reste moins de 10 000 individus dans le milieu naturel. Les principales menaces pesant sur cet animal sont la déforestation, qui détruit et fragmente son habitat, et la chasse pour sa chair et sa fourrure.

Malgré des mesures de protection, les pandas évoluant en dehors des aires protégées sont particulièrement menacés.

Read more

EFFRAIE DES CLOCHERS

Statut IUCN

classification

Nom scientifique Tyto alba

Ordre Strigiforme

Famille Tyonidé

L’effraie en chiffres

Poids 200 à 230 g

Incubation 32 à 34 jours

Longévité 10 à 15 ans

Taille 40 cm de haut

Portée 4 à 6 petits

alimentation

REPARTITION

Zones ouvertes et cultivées

Au zoo

JEUNE EFFRAIE DES CLOCHERS ZOO BOISSIERE DU DORETreize effraies des clochers inaugurent notre spectacle d’oiseaux en vol libre. Huit d’entre elles sont originaires du Grand Parc du Puy du Fou et sont arrivées entre juin 2011 et décembre 2013. Les cinq autres sont nées à La Boissière du Doré au printemps 2014.

Biologie

EFFRAIE EN VOL ZOO BOISSIERE DU DORELes effraies des clochers sont d’excellentes chasseuses de souris et autres petits rongeurs. Pour les repérer, leur vue n’est pas suffisante. Les rapaces nocturnes ont aussi, et surtout, une ouïe exceptionnelle.

Leurs orifices auriculaires sont bien plus gros que chez les autres oiseaux. Ils sont dotés de lames cartilagineuses mobiles qui font office de pavillons ajustables selon la source sonore. Les disques faciaux servent de paraboles. Enfin, les oreilles sont légèrement asymétriques produisant un effet stéréo qui facilite la localisation du son.

Conservation

 Même si les effraies des clochers sont largement répandues, il est important de souligner que certaines menaces persistent. Collisions avec les voitures et empoisonnements indirects (via les souricides) sont à l’origine de nombreuses pertes chaque année.

Pour préserver ces petits rapaces, essentiels à la bonne régulation des populations de rongeurs, des gestes simples sont à notre portée, comme abaisser légèrement notre vitesse la nuit ou éviter l’utilisation de poisons contre les rongeurs.

Read more

LE GRAND ECLECTUS

Statut IUCN

classification

Nom scientifique Eclectus roratus

Ordre Psittaciforme

Famille Psittacié

L’ecletus en chiffres

Poids 380 à 470 g

Incubation 26 jours

Longévité 50 ans

Taille 40 à 45 cm de haut

Portée 2 petits

alimentation

REPARTITION

Forêts, savanes, mangroves (…) de Nouvelle-Guinée et des îles voisines

Au zoo

Dans un premier temps, deux mâles éclectus ont rejoint les fauconniers en janvier 2014. Pour la version 2016 du spectacle, ils seront en compagnie de deux femelles arrivées en mai et septembre 2015.

Nos deux mâles ont pris l’habitude d’imiter les fauconniers qui rappellent les grands perroquets en fin de spectacle. Sans y avoir été contraints, ils ont commencé à crier « HOP HOP HOP ».

Biologie

PORTRAIT ECLECTUS ZOO BOISSIEREChez ces oiseaux, il est très facile de distinguer le mâle de la femelle. Alors que cette dernière a un plumage rouge vif, le mâle a de magnifiques plumes vertes.

L’organisation sociale et le système de reproduction du grand éclectus ne sont pas encore très clairs. Des chercheurs ont observé jusqu’à 8 individus s’affairer autour d’un nid, sans savoir s’il s’agissait d’un couple aidé de juvéniles ou si plusieurs femelles avaient pondu dans la même cavité.

A la naissance, les petits sont recouverts d’un duvet gris. Incapable de voler, ils restent abriter plusieurs semaines avant leur premier décollage.

Conservation

Bon imitateur et superbement coloré, cet oiseau est très convoité par les braconniers. Sur certaines îles, il est sérieusement menacé par le commerce des Nouveaux Animaux de Compagnie.

Read more

LE CACATOES A HUPPE JAUNE

Statut IUCN

classification

Nom scientifique Cacatua galerita

Ordre Psittaciforme

Famille Psittacié

Le cacatoes en chiffres

Poids 800 à 970 g

Incubation 25 à 27 jours

Longévité 80 ans

Taille 45 à 55 cm de haut

Portée 3 petits

alimentation

REPARTITION

Forêts, savanes, mangroves, milieux urbains (…) d’Australie, de Nouvelle-Guinée et des îles voisines

Au zoo

DSCN1541Notre cacatoès à huppe jaune a été saisi par les douanes et déposé au Zoo de La Boissière du Doré le 9 février 1989 ! Nous ne connaissons ni son âge, ni son origine. Ce petit oiseau est une véritable star au caractère bien trempé. Il participe au final du spectacle d’oiseaux, en compagnie de perroquets bien plus imposants que lui.

En 2015, notre cacatoès a particulièrement apprécié l’intervention des fauconniers au cinéma de Vallet où il ne s’est pas fait prier pour parader sur les sièges.

Biologie

DSCF4379Le cacatoès à huppe jaune vit en colonie. Celle-ci peut compter plusieurs centaines d’individus. A tour de rôle et par petits groupes, certains membres arrêtent de s’alimenter pour jouer le rôle de sentinelles. Percher en hauteur, ils scrutent les alentours pour prévenir le reste de la colonie du danger.

Tous les soirs, les cacatoès se regroupent pour former des dortoirs communs. En Australie, des observations ont montrées qu’un site avait été utilisé pendant 17 années de suite par près de 500 cacatoès !

Conservation

Le cacatoès à huppe jaune est un oiseau largement répandu dont la population semble stable. Très difficile à capturer, il n’est pas une proie facile pour les trafiquants et son commerce est bien contrôlé.

Read more

LE VAUTOUR DE RUPPEL

Statut IUCN

classification

Nom scientifique Gyps rueppelli

Ordre Accipitriforme

Famille Accipitridé

Le vautour en chiffres

Poids 7,5 kg

Incubation 56 jours

Longévité 30 ans

Taille 2,30 à 2,55 m d’envergure

Portée 1 petit

alimentation

REPARTITION

Montagnes, savanes et brousses d’Afrique

REPARTITION VAUTOUR RÜPPEL

Au zoo

Notre vautour de Rüppel est né en avril 2015 au Zoo d’Amnéville. Il nous a rejoint en octobre de la même année pour intégrer la version 2016 du spectacle d’oiseaux en vol libre.

Biologie

La famille des accipitridés, à laquelle appartiennent les vautours, regroupe les rapaces diurnes dont les larges ailes permettent de planer. Ils profitent des ascendants thermiques pour voler sans avoir à battre des ailes. Les vautours  volent souvent en cercle afin de repérer les cadavres sur lesquels ils se nourrissent.

Contrairement aux aigles qui chassent, les vautours, qui sont charognards, ne possèdent pas de serres puissantes.

Conservation

Comme tous les vautours africains, le vautour de Rüppell est gravement menacé d’extinction. Ses effectifs sont en chute libre : 97% de la population a disparu en 56 ans. L’Union Internationale de Conservation de la Nature a modifié son statut sur la liste rouge. Il est aujourd’hui classé « en danger critique d’extinction », statut précédent celui « éteint à l’état sauvage ».

Développement agricole, baisse des effectifs d’ongulés sauvages, chasse pour le commerce, persécution ou encore empoisonnement (via les pesticides accumulés chez les herbivores et les anti-inflammatoires administrés au bétail) sont à l’origine de ce déclin massif.

Cet oiseau est classé en annexe II de la Convention de Washington (ou CITES) qui régule le commerce des espèces vivantes à travers le monde. Il devient urgent de lutter efficacement contre les empoisonnements.

Read more

LA BUSE VARIABLE

Statut IUCN

classification

Nom scientifique Buteo buteo

Ordre Accipitriforme

Famille Accipitridé

La buse en chiffres

Poids 630g à 1,3 kg

Incubation 33 à 38 jours

Longévité 25 ans

Taille 1,10 à 1,30 m d’envergure

Portée 3 à 4 petits

alimentation

REPARTITION

Zones plus ou moins boisées d’Europe, d’Asie et d’Afrique

Au zoo

Les trois buses variables du spectacle sont originaires du Grand Parc du Puy du Fou. Hasard du calendrier, elles sont toutes nées un 15 mai. La première née en 2012 est arrivée au mois de juillet de la même année. Les deux autres, plus âgées (2001 et 2009) nous ont rejoint en juin 2013.

Biologie

La buse variable est le plus commun des rapaces européens. Elle porte bien son nom puisque la couleur du plumage est extrêmement variable d’une région à une autre. Pour l’identifier facilement, il suffit d’observer son vol caractéristique en cercles concentriques  et les 2 tâches blanches sous ses ailes.

BUSE VARIABLELa buse chasse à vue, repérant ses proies en volant ou perchée sur un poteau, un arbre ou encore une botte de foin. Une fois sa proie repérée, la buse plonge rapidement au sol avant de capturer son butin à l’aide de ses serres puissantes.

Dès le mois de février, les parades nuptiales commencent. Il s’agit de balais aériens impressionnants exécutés par les deux membres du couple.

Conservation

Une chute impressionnante de la population de buses variables a été enregistrée dans les années 50 en Angleterre. Ce déclin était dû à une épidémie de myxomatose ayant décimé 99% de la population de lapins dont se nourrissaient les buses.

Aujourd’hui, les populations de buses variables semblent stables. Cet oiseau joue, comme tous les prédateurs, un rôle essentiel de contrôle des populations en terme d’effectifs (afin d’éviter l’épuisement des ressources) et en terme sanitaire (en favorisant la capture d’individus faibles et en évitant la propagation de maladies).

Read more

LE MESSAGER SAGITTAIRE

Statut IUCN

classification

Nom scientifique Sagittarius serpentarius

Ordre Falconiforme

Famille Sagittaridé

Le messager en chiffres

Poids 2,3 à 4,2 kg

Incubation 42 à 46 jours

Longévité 15 à 20 ans

Taille 1,25 à 1,50 m de haut

Portée 1 à 3 petits

alimentation

REPARTITION

Savanes africaines

REPARTITION MESSAGER

Au zoo

Une femelle messager sagittaire est arrivée en août 2015. Née en juin de la même année, elle fait connaissance avec l’équipe de fauconniers avant d’entamer les entrainements pour intégrer le spectacle en vol libre.

Biologie

© Steve Garvie

© Steve Garvie

Avec son corps de rapace et ses pattes d’échassier, le messager sagittaire est unique en son genre. Bien qu’il soit un excellent planeur, c’est au sol qu’il est le plus à l’aise. Ainsi, dans les savanes africaines, il peut parcourir jusqu’à 30 km par jour. Carnivore opportuniste, il se nourrit aussi bien d’insectes, de petits mammifères, d’œufs, d’amphibiens que de reptiles.

Cet oiseau monogame construit son nid entre 3 et 7 mètres au dessus du sol. Les parents s’alternent pour couver puis pour nourrir les petits. Ces derniers se nourrissent sur des proies entières ramenées au nid dès 40 jours. Le couple se doit d’être vigilant, les couvées étant souvent victimes d’autres oiseaux, comme le hibou grand-duc de Verreaux.

Conservation

La population de messagers solitaires est en déclin à cause de l’expansion humaine dont les conséquences directes sont l’urbanisation et le développement de l’agriculture. En parallèle, bien qu’il soit protégé, cet oiseau fait encore face à la chasse et aux empoisonnements.

Read more

LA CIGOGNE MAGUARI

Statut IUCN

classification

Nom scientifique Ciconia maguari

Ordre Ciconiiforme

Famille Ciconiidé

La cigogne en chiffres

Poids 3,8 à 4,2 kg

Incubation 1 mois

Longévité 20 à 30 ans

Taille 85 cm de haut

Portée 3 à 4 petits

alimentation

REPARTITION

Marécages et zones humides sud-américaines

REPARTITION CIGOGNE MAGUARI

Au zoo

Trois cigognes Maguari sont arrivées en juillet 2015. Elles arpentent l’enclos des saïmiris, ce qui éloignent les vipères dont la morsure est dangereuse pour nos petits singes.

Biologie

Le long bec droit de la cigogne lui permet d’attraper diverses proies qu’elle trouve dans les marécages et les prairies humides. Poissons, amphibiens et reptiles sont au menu de cet échassier.

Le principal bruit émis par les cigognes est un claquement de bec. Le son produit par les deux mandibules qui s’entrechoquent est amplifié par le sac gulaire, situé sous son bec. Cette “vocalise” est utilisée dans toutes sortes d’interactions : salut, menace, parade…

Les petits de la cigogne Maguari sont bien différents de ceux de la cigogne blanche, espèce emblématique de la région alsacienne.

Read more

LE GRAND-DUC DE VERREAUX

Statut IUCN

redlist-preocmineure

classification

Nom scientifique Bubo lacteus

Ordre Strigiforme

Famille Strigidé

Le grand-duc de Verreaux en chiffres

Poids 1,6 à 3,1 kg

Incubation 32 à 38 jours

Longévité 12 à 15 ans

Taille 65 cm de haut/140 cm d’envergure

Portée 2 petits

alimentation

REPARTITION

Savanes africaines aux arbres épineux

 

Au zoo

Arrivé en 2014, notre hibou grand-duc de Verreaux participe au spectacle d’oiseaux en vol libre. Encore jeune, il ne présente pas d’aigrettes sur la têtes. Celles-ci apparaitront à la maturité sexuelle, vers 3-4 ans.

Biologie

HGDV EN VOLLe hibou grand-duc de Verreaux est le plus grand rapace nocturne africain. Ces grands yeux noirs indiquent qu’il chasse tard le soir, et non au crépuscule. Il capture toutes sortes de proies, notamment des hérissons qu’il est capable « d’épiler ». C’est aussi un très bon pêcheur.

Généralement, un seul des deux petits est alimenté et survit. Capable de quitter le nid au bout de 2 mois, il reste inactif jusqu’à 3 mois, âge auquel il commence à voler. Des observations ont montré que certains adolescents aidaient leurs parents dans l’élevage des nichées suivantes.

Conservation

Pour le moment, les populations de hiboux semblent stables et l’animal respecté.

Cela fait peut de temps que cette espèce est reproduite en captivité.

Read more

LE MILAN DE BRAHME

Statut IUCN

redlist-preocmineure

classification

Nom scientifique Haliastur indus

Ordre Falconiforme

Famille Accipitridé

Le milan en chiffres

Poids 320 à 650 g

Incubation 28 à 35 jours

Longévité 20 à 25 ans

Taille 50 cm de haut/115 cm d’envergure

Portée 2 petits

alimentation

REPARTITION

Estuaires, mangroves, plages, falaises (…) asiatiques

 

Au zoo

COUPLE MILANSNotre couple de milans évolue dans la volière asiatique inaugurée en mai 2015. Le mâle, né en 2002, est originaire d’Espagne. Quant à la femelle, elle vient du ZooParc de Beauval et a quelques années de moins puisqu’elle est de 2011.

Biologie

PORTRAIT MILANLe milan de Brahme possède un régime alimentaire diversifié et autant de techniques de chasse.  Pour repérer des charognes, il vole haut dans le ciel. Pour attraper de petites proies, il se laisse tomber au sol depuis un perchoir. Il est également capable de pêcher. Il n’hésite pas à s’approcher des engins agricoles pour capturer de gros insectes en fuite. Il effraie les oiseaux pour provoquer un envol précipité et attraper les plus faibles. Enfin, il est reconnu comme étant un kleptoparasite : il harcèle les mouettes, les goélands et les sternes pour leur voler leur nourriture.

Read more